La bonne régulation pour un chauffage central
La bonne régulation pour un chauffage central

Le pilotage correct d’une installation de chauffage central est relativement complexe. De nombreuses solutions sont disponibles mais toutes n’offrent pas la même efficacité. Si la performance est le premier critère de choix, le coût et la facilité de mise en œuvre sont également  à prendre en compte. Enfin la facilité d’usage conditionne directement la  performance, un dispositif peu pratique et mal utilisé sera peu efficace.

C’est donc tous ces critères qu’il faut analyser et hiérarchiser pour définir le meilleur compromis pour chaque installation.

Pilotage de la chaudière

Pour adapter correctement la quantité de chaleur produite aux conditions climatiques la solution à privilégier est le pilotage à partir de la température extérieure. Un régulateur associé à une vanne mélangeuse envoie dans le circuit de l’eau d’autant plus chaude que la température extérieure est plus basse. Pilotage de la chaudièreCette solution a l’avantage de compenser globalement à chaque instant les déperditions thermiques du bâtiment. Par contre elle ne permet pas de tenir compte des conditions particulières de chaque pièce.
La régulation de la chaudière doit donc être complétée d’un contrôle de la température intérieure du logement, notamment  pour tenir compte des apports gratuits (ensoleillement, appareils électriques…).

Régulation par thermostat d’ambiance : simple mais pas idéale

Un thermostat d’ambiance placé à un endroit central du logement agit directement sur la chaudière ou le circulateur. La solution est simple et économique, mais elle entraîne plusieurs inconvénients.

D’abord la température n’est contrôlée qu’en un seul endroit, les autres pièces peuvent être trop chaudes ou trop froides selon la conception de l’installation de chauffage. Si la température mesurée est faussée par une source de chaleur (un rayon de soleil, un appareil électrique, une cheminée…) le chauffage sera coupé dans toutes les pièces. Inversement l’ouverture d’une fenêtre dans la pièce où est placé le thermostat provoquera la relance du chauffage dans toute la maison.

Elle ne permet pas de disposer de températures différentes selon les pièces. Les occupants souhaitent souvent une température plus basse dans les chambres que dans les pièces à vivre, ce qui s’avère impossible avec cette solution.
La qualité de la régulation est peu satisfaisante.Régulation par thermostat d’ambiance : simple mais pas idéale Lorsque la température demandée est atteinte le thermostat coupe instantanément le chauffage. Mais le circuit d’eau et les radiateurs restent chauds et la température augmente encore. Le même phénomène se produit quand la température devient insuffisante, le temps de réchauffer tout le circuit d’eau la température devient trop basse. Il en résulte des oscillations de température qui sont à la fois source d’inconfort et de surconsommation.

De plus les constructeurs dénoncent ces cycles marche/arrêt, néfastes pour la chaudière en raison des variations importantes de température.

En pratique cette solution n’est adaptée qu’aux petites surfaces, pour des logements de 2 ou 3 pièces avec un circuit d’eau limité. Dans les autres cas elle s’avère peu performante.

Améliorer la régulation avec des têtes thermostatiques

Il est possible de remédier à ces inconvénients en équipant tous les radiateurs de vannes thermostatiques.
Améliorer la régulation avec des têtes thermostatiquesCette disposition permet déjà de régler la température de chaque pièce en fonction de son usage. On pourra ainsi obtenir 21°C dans le séjour, 18°C dans les chambres et 15°C dans une pièce occupée occasionnellement.
Terminé les pièces trop chaudes ou trop froides dans le logement.
Les performances de la régulation sont largement améliorées. Au lieu de cycles de chauffage marche / arrêt les vannes thermostatiques ont une action progressive et s’ouvrent plus ou moins en fonction du besoin de chaleur. Il en résulte une température constante dans chaque pièce, gage d’un meilleur confort.
Les principales sources d’inconfort et de surconsommation sont ainsi éliminées.

NB : Veiller à laisser au moins un radiateur non équipé de vanne thermostatique pour éviter que le circulateur ne fonctionne avec toutes les vannes fermées.

Faire mieux avec des vannes motorisées communicantes

Une vanne motorisée joue le même rôle mais est équipée d’un servomoteur au lieu du dispositif de dilatation traditionnel des vannes thermostatiques. Il en résulte une précision de la régulation bien meilleure et un contrôle rigoureux de la température de chaque pièce.

Vanne non motorisée Vannes motorisées communicantes

Ces vannes communiquent et peuvent être télécommandées pour recevoir des consignes de température individuelles. Un système de régulation progressif et précis, agissant pièce par pièce, peut ainsi être complété d’un dispositif de pilotage localement ou à distance. En obtenant la température de chaque pièce adaptée à son usage et à son occupation la conduite du chauffage est totalement optimisée. Réaliser des économies et améliorer les conditions de confort ne sont plus des conditions contradictoires.

WordPress Video Lightbox Plugin