smartgreen - Les systèmes de régulation tiennent-ils leurs promesses ?
Régulation chauffage économies
Les systèmes de régulation annonçant 30 ou 40 % d’économies sont-ils crédibles ?

De nombreux systèmes de régulation de chauffage promettent des économies de 30 % et plus.

Quel crédit accorder à ces chiffres ?
En fait les économies potentielles dépendent de 2 facteurs :

  • Les performances énergétiques du système envisagé,
  • Les équipements de régulation et de conduite du chauffage déjà en place.

Les économies réalisables résultent du différentiel des 2.
Si on dispose déjà d’un système très performant, les économies réalisables sont illusoires. De la même façon tous les équipements de régulation n’offrent pas les mêmes caractéristiques et il faut apprécier les performances du dispositif envisagé.

Evaluer le pilotage d’un chauffage central

Evaluer le pilotage d’un chauffage centralUn système de chauffage à eau chaude est d’abord piloté en fonction de la température extérieure. Plus il fait froid, plus les déperditions du logement sont importantes et plus la température du circuit d’eau doit être élevée pour les compenser.

 

Ce dispositif ne tient pas compte de plusieurs facteurs :

  • Les « apports gratuits », par exemple l’ensoleillement sur une baie vitrée ou la chaleur dégagée par des appareils,
  • Un mauvais équilibrage de l’installation de chauffage. La puissance des radiateurs doit être dimensionnée en fonctions des déperditions de chaque pièce. En pratique ils sont souvent surdimensionnés pour garantir une température confortable en cas de grand froid,
  • Des besoins différents selon les pièces. On maintiendra 21°C dans les pièces de vie, mais seulement 18 ou 19°C dans les chambres.

Ces différents éléments génèrent une température mal adaptée dans certaines pièces et des dépenses de chauffage inutiles. Si les radiateurs sont seulement équipés de robinets manuels, aucun contrôle de la température intérieure n’est possible.

La régulation doit être alors complétée d’un dispositif de contrôle de la température intérieure. Il en existe de nombreux avec des caractéristiques et des performances très différents.

  • Niveau 1 : Contrôle par thermostat d’ambiance, programmable ou non, en un endroit central du logement, généralement une pièce de vie. Le principal inconvénient de ce dispositif est de contrôler la température en un seul point. Les autres pièces seront plus chaudes ou plus froides sans possibilité d’agir. En pratique cette solution ne convient qu’à de petits logements.
  • Niveau 2 : Contrôle par robinets thermostatiques sur chaque radiateur. L’avantage est de différencier la température de chaque pièce. Par contre la régulation est peu précise et modifier la température en cas d’absence nécessite une intervention manuelle dans toutes les pièces.
  • Niveau 3 : Contrôle par robinets thermostatiques programmables. Cette solution permet de tenir compte des périodes d’absence et de présence. La programmation est cependant peu pratique et doit être réalisée de façon coordonnée sur chaque radiateur.
  • Niveau 4 : Contrôle par vannes motorisées communicantes sur les radiateurs avec programmation. La température de chaque pièce est contrôlée précisément. La programmation est simple et intuitive garantissant le meilleur usage. Les radiateurs d’une même pièce suivent automatiquement la même température.

Dispositif de contrôle de la température intérieure

Les économies à attendre

Selon l’expérience des professionnels, en partant d’un logement sans régulation de température (niveau 0) et en l’équipant du dispositif le plus performant (niveau 4) les économies réalisables peuvent atteindre 30 à 40 %. C’est le plus grand potentiel réalisable.
Pour atteindre ce niveau de performance il faut réunir 2 conditions :

  • Que le logement ne dispose d’aucun contrôle de température. Les différentes études montrent que seuls 10 % des logements ne sont équipés d’aucun système de régulation. Dans 90 % des logements les économies annoncées ne seront donc pas réalisées.
  • Que le système envisagé possède les fonctionnalités évoluées de niveau 4. C’est le cas pour moins de 10 % des produits proposés sur le marché.
    Les dispositifs de contrôle de température annonçant à tous 30 à 40 % d’économies ne sont réalistes que dans moins de 1 % des logements.

 

WordPress Video Lightbox Plugin